Sans titre

Accueil > Arts & Culture > Résidences de recherche et de création > La compagnie Anania à Marrakech

La compagnie Anania à Marrakech

Les premiers accueils en résidence de création dans le cadre du programme regroupant les 11 sites de l’IFM ont commencé !

Rêv-illusion, ou quand la révolution des corps succède à celle des consciences. Un plaidoyer pour la liberté d’expression au lendemain du printemps arabe.

15 jours intenses de création à l’Institut français de Marrakech, 15 jours qui auront permis une restitution de qualité et la présentation d’un work in progress dans le cadre du festival On marche de danse contemporaine à Marrakech.

Dans un monde
Où tous les jours, il faut être particulier !
Où il faut prouver sans cesse que l’on a des choses à dire et que l’on a des choses à défendre !
Dans un monde nouveau sans le vouloir
Où tout le monde devient révolutionnaire, le petit comme le grand !
Où l’innocent devient criminel et le riche sera jugé pour son argent !
Où le président sera emprisonné ! Et le pistolet silencieux on ne s’en sert plus.
Où tout le monde parlera comme le « Parrain ».
Où la police tapera sur les militaires et les militaires taperont sur les militaires, et le peuple est l’ennemi du peuple et le peuple tapera sur le peuple !
Honorer la danse, j’ai envie de danse, que tout le monde danse,
« Mesdames et Messieurs, c’est l’heure de danser tout cela.
Tous ces équilibres et déséquilibres à la fois,
Tous ces chemins qui amènent partout et nulle part,
Tous ces chemins qui s’ouvrent pour nous libérer ou nous enfermer plus ?
Mesdames et Messieurs, c’est l’heure de la danse de masse ? Où c’est l’heure de l’individualisme (l’individu) emporté par un mouvement de masse ?
Ca change d’un coup, Mesdames et Messieurs, le regard sur les arabes !
Laissez moi danser le rire !
Permettez moi de danser le regard !
Abandonnez moi dans les bras de la foule, récupéré par la foule !

Maintenant que vous êtes tous des révolutionnaires, indiquez-moi le chemin pour rentrer chez moi sans être traité comme un traître qui pose tout simplement des questions que n’a pas posé la masse. »
Tout le monde est rentré chez lui en parlant comme le « Parrain » après avoir crié à haute voix « que les règles tombent et qu’on installe des nouvelles règles » que l’on ne connaît pas encore.
Je me transformerai en Tina Turner, MalcomX, Prince, Nina Simone. C’est vraiment physique. Mes danseurs seront fous : chanteurs, acteur et bailairin.


La compagnie a continué son travail en mars au CCN de Caen dans le cadre du festival « Danse d’ailleurs », la Première est prévue les 7 & 8 juin à Aix en Provence, dans le cadre de « Marseille Provence 2013″.

Contact : aataba.diffusion@gmail.com
Photo © Julie Verlinden

Article au format PDF