Sans titre

Accueil > Arts & Culture > Coopération culturelle > Séminaire de politique culturelle

Séminaire de politique culturelle

11 et 12 avril à Tahanaoute, en marge du festival Awaln’art sur le thème du développement économique et territorial, arts en espaces publics

Dans le cadre de la mise en oeuvre de la déclaration d’intentions entre les ministères de la culture français et marocains signée à l’occasion de la venue du premier ministre en décembre dernier, l’IFM organise aux côtés du Ministère de la culture du Royaume du Maroc, de la délégation régionale de la culture de la province de Marrakech et du Collectif Eclats de lune un séminaire de politique culturelle sur La culture en tant que moteur de développement économique et territorial. Les arts en espaces publics seront plus particulièrement au cœur des présentations.

Depuis une dizaine d’années, une part croissante d’artistes marocains fait le choix de l’espace public. Récemment, la rencontre avec de jeunes chercheurs et les acteurs associatifs actifs dans ce secteur a permis de mesurer toute la pertinence de ces arts au Maroc, d’identifier la pérennité d’un renouveau des arts en espace public au Maroc.
L’organisation de spectacles dans l’espace public, au Maroc comme ailleurs, ne va pas de soi. Cette entreprise nécessite la construction d’une chaîne de coopération administrative et technique pour permettre la rencontre des œuvres et du public et impliquer les jeunes dans la construction des spectacles en amont.

Les 11 et 12 avril à Tahanouate une vingtaine de responsables culturels d’administrations publiques identifiés par le Ministère de la culture du Royaume du Maroc viendront rencontrer des intervenants français et marocains spécialistes dans leur domaine.

Ahmed Skounti, anthropologue à l’Institut National des Sciences de l’archéologie et du patrimoine, diplômé de l’Ecole des Haute Etude en sciences sociales de Paris. Il enseigne l’antropologie sociale et le patrimoine culturel à l’Université cadi Ayyad de Marrakech. Consultant auprès de l’UNESCO et auteur de plusieurs études et publications notamment sur le patrimoine immatériel de Marrakech.

Aadel Essaadani, scénographe technique, Président de la Fabrique Culturelle des anciens abattoirs de Casablanca, Directeur associé de l’Institut des Métiers du Spectacle. Aadel Essaadani a fait des études d’urbanisme et de sociologie urbaine en France, puis après une formation en régie technique des spectacles, il travaille comme directeur technique et directeur de la communication de différents festivals en
France. En parallèle, il fonde l’Institut des métiers du spectacle de Casablanca qui offre à des professionnels une formation continue aux aspects techniques et administratifs du spectacle vivant. De retour à Casablanca en 2007, il fait renaître un club de Jazz « Jazz sous le Rocher », s’investit dans différents projets, parmi ceux-ci figure la réhabilitation des anciens abattoirs de Casablanca en vue de leur reconversion en friche culturelle, gérée par un collectif d’associations.

Collectif Eclats de lune. Créée en 2005, Eclats de Lune contribue au renouvellement de la création artistique marocaine et subsaharienne. Délibérément impliquée dans un dialogue interculturel et méditerranéen, elle a fédéré l’ensemble des partenaires publics marocains et a su développer de nombreux partenariats à l’international. Elle développe également un projet social et de formation permettant la qualification et l’insertion professionnelles de jeunes aux métiers du spectacle.
Depuis 2007, l’association organise le Festival Awaln’Art, manifestation dédiée au développement de l’art dans l’espace public, à Marrakech et dans l’ensemble de la Province d’Al Haouz. En prenant appui sur les arts traditionnels, l’association inscrit son action dans l’ambition portée par l’Unesco pour valoriser le patrimoine matériel et
immatériel incarné par la place Jemaa El Fna.
Héritier d’une culture partagé, le directeur artistique Khalid Tamer a su mettre à profit son appartenance franco-marocaine pour déployer ses activités sur les deux rives de la Méditerranée et faire valoir ce qui distingue et rapproche ces deux cultures. Formé en France, il contextualise son expérience pour valoriser la création marocaine et l’inscrire dans des réseaux de diffusion internationaux.

Philippe Chaudoir est président de Lieux Publics, centre national des arts de la rue situé à Marseille et responsable du réseau international de recherche Art de ville.. Références universitaires sur le champ des arts de la rue en France, il préside les Ateliers Frappaz à Villeurbanne qui organise le festival Les invites de Villeurbanne. Egalement sociologue et urbaniste, il est professeur à l’Institut d’urbanisme de Lyon et responsable de la coopération universitaire incluant notamment Sciences Po Lyon avec l’Ecole nationale d’architecture de Rabat.

Jean Digne crée en 1972 le festival « Aix Ville ouverte aux saltimbanques », manifestation qui initiera le renouveau des arts de la rue en France puis en Europe. A l’origine de nombreux autres festivals et initiatives culturelles, Jean Digne est surtout un homme de confiance et de compétence. A ce titre, il a été chargé de nombreux dossiers par plusieurs gouvernements, de la décentralisation artistique des arts plastiques à la coopération artistique internationale. Il a dans ce cadre dirigé l’Association française d’action artistique (AFAA, ex – CultureFrance, ex – Institut français).
Il est aujourd’hui président de Hors Les Murs, Centre national de ressources des arts du cirque et des arts de la rue où il a crée le magazine Stradda, revue de référence pour les arts de la rue et le nouveau cirque.

Serge Van der Hoeven, co fondateur du Boulon, Centre National des arts de la rue (en cours de labellisation) situé à Vieux-Condé dans le Département du Nord. Elu de cette commune depuis 1983, adjoint à la Culture et à l’Urbanisme, il est depuis 2003 maire de Vieux-Condé, ainsi que Conseiller général du Nord et à ce titre, Président de la Commission « Culture, Sport et Tourisme.

Emmanuel Cuffini, adjoint à la culture ville de Montreuil, membre du bureau de la
fédération nationale des collectivités pour la culture (FNCC) et de la Société Française d’Evaluation, structure qui oeuvre en faveur de l’évaluation des politiques publiques. Il est également conservateur en chef des bibliothèques à la bibliothèque du centre Pompidou dont il est le Directeur du département des publics. Emmanuel Cuffini participe également depuis 20 ans, particulièrement en Afrique de l’ouest, à divers projets de développement urbain, de décentralisations, de formation des élus et des cadres notamment dans le champ culturel. Les questions de renouvellement de la pensé de l’action publique en matière culturelle dans l’esprit de la charte de Fribourg sur les droits culturels et les questions de la diversité culturelle sont au coeur de ses démarches.

Le séminaire se déroule en parallèle du festival Awaln’art d’arts en espaces publics afin de coupler ce moment d’échanges avec une démonstration pratique de ce que sont les arts en espace public. De même, un temps de présentation et de rencontre avec les différents acteurs de la rue au Maroc (compagnies, chercheurs, ...) est prévu le 12 afin que la présence simultanée de responsables culturels publics, d’artistes de rue marocains, d’intervenants français, de programmateurs culturels européens présents sur le festival devraient permettre une synergie importante et attendue pour le secteur particulièrement vivant des arts en espace public au Maroc.

Article au format PDF