Sans titre

Accueil > Arts & Culture > Saison culturelle 2016 > Saison culturelle 2014 > Livre et débats d’idées > LA PHILOSOPHIE CONFRONTÉE À L’ÉPREUVE DE LA HAINE

LA PHILOSOPHIE CONFRONTÉE À L’ÉPREUVE DE LA HAINE

Discours de Marc Crépon pour l’ouverture des Nuits de la philosophie

Vous conviendrez que l’été fut difficile. Alors que, un peu partout dans le monde, on avait le souci de commémorer le centième anniversaire du déclenchement de la première guerre mondiale, sans trop savoir comment, sans trop savoir pourquoi, au nom de quelle fidélité, de quelle dette ou de quel héritage, eh bien la guerre était partout, elle n’a cessé de se rappeler à nous de nous surprendre, dans le confort de l’été, en Syrie, en Lybie, en Irak, en Palestine et en Ukraine. La guerre et, avec elle, toute forme de violence est une épreuve parce que non seulement elle s’appuie sur la haine, mais elle l’a provoque, de telle sorte que nous sommes, à chaque instant, ébranlés dans nos cœurs et dans nos têtes, menacés de sa contagion, tentés de céder, malgré nous, à son emprise. Voilà pourquoi l’été fut si difficile. Et donc, pour parler aujourd’hui, devant vous, avec vous, du « philosophe dans la cité », je vous parlerai de ce qui est aujourd’hui le lot de tant de philosophes de par le monde (et peut-être de tous les philosophes) – je vous parlerai de la vocation de la philosophie confrontée à l’épreuve de la haine et de la violence, qu’elle le frappe dans sa propre cité, dans la cité voisine ou dans n’importe quelle cité du monde.

P.-S.

La suite du discours dans le document joint.

Portfolio

Documents joints

 

Article au format PDF