Sans titre

Accueil > Arts & Culture > Programmation culturelle > Succès de la tournée Turn Off The Light au Maroc !

Succès de la tournée Turn Off The Light au Maroc !

Dans le cadre de la Saison culturelle France-Maroc 2015, la compagnie Turn Off The Light était invitée du 6 février au 4 mars pour une grande tournée dans 7 villes du Maroc. De Taroudant à Oujda, en passant par Kénitra, Meknès, El Jadida, Tétouan ou encore Safi, le public était au rendez-vous pour découvrir d’incroyables performances scéniques issues de la rencontre entre la danse, la musique et la calligraphie lumineuse.

Retour avec l’équipe de Turn Off the Light sur cette belle aventure marocaine : les danseurs Stéphanie Naud et Razy Essid, le Lightgraffeur Julien Breton, le photographe Cisco, le technicien Boris Collino et le DJ, Nicolas Guilloteau.

- QUEL BILAN TIREZ-VOUS DE VOTRE TOURNÉE AU MAROC ?

Turn Off the Light : Un magnifique bilan. 7 villes, 200 jeunes ont participé à nos ateliers, 150 d’entre eux ont fait notre première partie et nous avons pu partager notre performance auprès de 4000 personnes dans les différentes salles de spectacle que nous avons visitées.
Autre qu’un bilan quantitatif, c’est aussi un bilan à juger qualitativement. Notre performance a été reçue à chaque fois avec beaucoup de curiosité et d’engouement et nos passages dans les différents instituts ont été une somme de rencontres passionnantes.
Notre compagnie existe depuis 3 ans et chaque membre est investi pour le projet performance et ateliers, que cela soit au niveau technique ou artistique.
Nous avons éprouvé avec succès cette formule comprenant un spectacle, des ateliers dans 4 disciplines (Djing, Danse Hip-Hop, Danse contemporaine, calligraphie lumineuse) tout en réalisant un suivi vidéo et photos, à travers les réseaux sociaux qui sont un des vecteurs de communication les plus répandus pour les jeunes au Maroc.

- QUEL A ÉTÉ LE MEILLEUR SOUVENIR DE VOTRE TOURNÉE AU MAROC ?

Turn Off The Light : Il y en a tellement... La chaude ambiance des salles ou le regard curieux des stagiaires pendant nos explications. Ou encore la calligraphie lumineuse de "la beauté" réalisée au Riad Dar Ben Jelloun à Tétouan pour le calligraphe Kaalam.

- COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE PUBLIC MAROCAIN ?

Turn Off The Light : Particulièrement chaleureux. Chaque représentation était donnée dans une chaude ambiance applaudissant tour à tour la danse, la musique et les calligraphies. Le public restait nombreux pour nous poser des questions ou partager ses impressions à la fin du spectacle. Les jeunes stagiaires étaient investis et attentifs et nous avons pris autant de plaisir qu’ils semblaient en prendre...

- ET MAINTENANT, QUELLE EST LA SUITE POUR TURN OFF THE LIGHT ?

Turn Off The Light : Nous jouons notre nouvelle création "Empreinte(s)" en France et espérons pouvoir la jouer un jour au Maroc afin de présenter la suite de notre travail.
Et nous espérons aussi pouvoir profiter du succès de cette tournée pour continuer à développer ce projet global auprès d’autres Institut français dans différents pays.

Notre projet englobant en même temps :
- un lien fort de coopération franco-marocaine mais aussi « maroco-marocaine » grâce aux ateliers et à travers la rencontre entre jeunes Marocains qui parfois se rencontrent pour la première fois pour travailler ensemble à un projet commun.
- Une performance originale qui s’adapte à tout type de lieux malgré les difficultés techniques que l’on peut rencontrer en fonction des salles marocaines.
- Une communication audiovisuelle sur réseaux sociaux tout au long de nos différentes dates.
- Une équipe conviviale et professionnelle qui n’a qu’une volonté : partager.

Pour retrouver toutes les vidéos de la tournée de Turn Off The Light, cliquez ici.

Pour retrouver l’album photos complet de la tournée, cliquez ici.

Portfolio

Article au format PDF