mercredi 26 juin
21:00
Place Tawada, Agadir
jeudi 27 juin
20:00
Théâtre de plein air, Institut français de Marrakech
samedi 29 juin
21:00
Ancien aéroport Casa Anfa, Casablanca
mercredi 03 juil.
21:00
Cinéma Renaissance, Rabat
jeudi 04 juil.
21:00
Institut français de Tanger

La Nuit électronique 2019 aura lieu du 26 juin au 4 juillet à Agadir, Casablanca, Marrakech, Rabat et Tanger avec un line-up exceptionnel et inédit. Ces concerts dédiés à la musique électronique reçoivent depuis 2015 des DJs renommés des scènes électroniques françaises et marocaines. Aujourd’hui temps fort attendu par la jeunesse marocaine, la Nuit électronique prend encore plus d’ampleur et de maturité.

La French Touch s’invite au Maroc

Le public est invité à découvrir la « French Touch » avec les concerts de 3 DJs français Danger (Casablanca), Chloé (Rabat, Tanger) et Mangabey (Agadir, Marrakech) –  précédés sur scène par des DJs marocains : Mr. ID (Marrakech),  MAOU (Casablanca) et MMMC (Rabat), Ladygoule (Agadir) et OJOO GYAL (Tanger) .

En parallèle à la programmation, une Résidence électronique se déroulera au mois de juin à Casablanca. Cette année, elle offrira l’occasion au collectif District Sampling de réaliser un projet de composition et d’installation sonore, dont la restitution aura lieu lors de la Nuit électronique.

L’Institut français du Maroc a choisi le spécialiste mondial du son Funktion-One pour garantir la meilleure sonorisation et faire de cette Nuit électronique une vraie expérience musicale.

La Nuit électronique 2018, © Wiseman Shooting

Émergence de la scène marocaine

Si l’électro française est bien connue et la French Touch, reconnue mondialement, la scène électronique marocaine suscite un intérêt grandissant. Ainsi, l’Institut français du Maroc s’est associé aux figures montantes de la scène marocaine. La Nuit électronique s’inscrit au croisement de la reconnaissance des institutions pour cette forme artistique en plein essor et d’un échange entre artistes marocains, représentants de la scène émergente du pays et artistes français, symboles d’une démarche artistique de plus en plus innovante et créative.
L’engouement pour les musiques électroniques est récent au Maroc et a été jusqu’à ces dernières années, essentiellement cantonné aux boîtes de nuit de Casablanca et Marrakech. L’organisation de cette soirée permet de toucher un public beaucoup plus large, de légitimer une musique souvent associée au monde de la nuit et de mettre en valeur la singularité de la scène française dans ce domaine.

Les artistes

Chloé

Chloé a indubitablement emmené toute une génération sur son terrain de jeu de musiques électroniques qui ne se limitent pas à la techno et au club. Autant férue de musique de films qu’adepte de la guitare, la scène électronique la happera très tôt et fera naître chez elle une curiosité indéfectible pour les machines. Les sets de Chloé impressionnent par la cohérence avec laquelle elle concilie des styles  éclectiques. Obsédée de découverte musicale, elle assemble de manière unique des morceaux aux styles parfois à la marge les uns des autres pour proposer en permanence des mixes singuliers.

Danger

Danger découvre la musique à travers les bandes originales de films et les thèmes de jeux vidéo. Il se passionne pour vite pour la musique électronique lors de la découverte d’un synthétiseur analogique virtuel. En 2014, il sort un EP de 4 titres intitulé July 2013, accompagné d’un clip qui retrace la création du masque de Danger. En parallèle, il crée « Sunset » avec l’artiste Raphaël Siboni, un projet mêlant art contemporain et musique électronique. En 2016, Danger signe cinq titres sur la bande son électro du jeu vidéo Furi. En 2017, Franck sort son premier album 太鼓. Il va ensuite réaliser certaines premières parties de la tournée de Madeon & Porter Robinson en Amérique du Nord.

Mangabey

Poussé par une passion grandissante pour les synthétiseurs et autres « drums machines » José Fehner crée le projet Mangabey en 2013 afin d’unir ses deux principales influences : le jazz et la black music. Il crée ainsi son propre style, une house analogique mêlant black music,
mélodies, accords et improvisations propres au jazz, avec les codes d’une Chicago House plus moderne.
Le résultat se traduit par un son chaud et des compositions très riches, que l’on retrouve par exemple sur son EP « Reflection » sorti en Février 2016 sur Boussole Records. Mangabey y retrace son univers et son histoire musicale en proposant une harmonie jazz/club cohérente.

Mr. ID

Originaire de Casablanca, Abderrahman Elhafid AKA Mr. ID a été influencé par le Rap US, le Jazz et la Funk, avant de renouer avec la magie des notes traditionnelles du patrimoine marocain et africain, qu’il a intégré dans ses sons pour en faire sa signature.

Ladygoule

Ladygoule est une DJ nouvelement lancée sur la scène de la musique électronique marocaine. Ses sets sont un mélange de Melodic, minimal et tech house avec une touche de groove et acid house. Elle a joué au Moga Festival à Essaouira édition 2018 et se produit dans les soirées électronique à Casablanca, Rabat et Marrakech.

MAOU

Marouane Ghabri, aka MAOU, est né à Casablanca. Il découvre la musique techno
à un âge très jeune. Il a un style musical extrêmement riche et aiguisé qui a été
influencé par les tonalités de l’école techno de Detroit et Berlin, et plusieurs labels
tels que Ostgut Ton, Warp Recording, Hessle Audio et Semantica.

MMMC

MMMC est une DJ et artiste visuelle émergente née à Rabat. Présente au sein de la scène locale qu’elle a observe depuis trois ans, et influencé par plusieurs acteurs de cette dernière; elle decide à son tour de commencer à faire tourner ses disques préférés. Son influence principale provient du son londionnien, passant par le dubstep, la bass et drum’n’bass, aux sonorités plus techno, trap ou plus experimental.

OJOO GYAL

OJOO GYAL est l’une des multiples personas d’une jeune artiste anonyme de Meknès fortement influencée par le rap de Memphis, ses personnages et son ambiance lugubre. Aujourd’hui, sa sélection assertive, expérimentale et avant-gardiste est sûre de provoquer et de régaler le public. Gravitant vers les nombreuses formes de la musique électronique, ses sets promettent de la Dancehall, du Dub, du Dubstep, mais aussi de la Grime, UK Techno…

Retour en images sur l’édition 2018

Partager :