Conférence et Rencontre
mercredi 17 janv.
19:00
Théâtre 121 - Casablanca
mercredi 28 févr.
19:00
Théâtre 121 - Casablanca

Nées d’une volonté d’accompagner les expositions de la Galerie 121, les rencontres “En marge” visent à croiser les points de vue sur un sujet lié à l’art et à la culture.
Rendez-vous mensuel ouvert à tous, in situ et hors les murs, animé par Mohamed Rachdi, artiste, critique d’art, commissaire d’exposition et universitaire.

Rencontres du trimestre janvier-mars 2018 Les selfies, réseaux sociaux et l’image

Mercredi 17 janvier à 19H00
▶ Théatre 121
À l’occasion de la présentation par l’Institut français de Casablanca de l’exposition “Faces Project” de l’artiste Badr Bouzoubâa Avec le développement sans précédent des smartphones et des réseaux sociaux, “se tirer le portrait” et le rendre visible à travers le monde est devenu une pratique
usuelle banalisée. Dans ce contexte qui estompe les limites entre l’intime et l’universel et où nos visages numérisés circulent sans que nous puissions les maitriser, que devient notre perception de nous-même et des autres ? Quelle image construisons-nous de nous-même ? Sommes-nous en mesure de la maîtriser ? Quelle conception pouvonsnous développer de notre identité et de sa relation à l’autre. Comment esthétiser la ville à travers la photographie

Mercredi 28 février à 19H00
▶ Théatre 121
À l’occasion de la présentation par l’Institut français de Casablanca de l’exposition “Casablanca Not the Movie” de l’artiste Yassine Alaoui Ismaili, Alias Yoriyas. Le Maroc connaît aujourd’hui un développement urbain et architectural extraordinaire stimulé par une activité économique en pleine croissance. Une telle mutation produit des morceaux de ville parfois monstrueux qui semblent totalement dépourvus de qualité esthétique. Pourtant ce spectacle perçu comme un enlaidissement de notre cadre de vie, offre matière aux photographes qui le transfigurent en propositions esthétiques à
même de ravir nos regards et nous apprendre à en aimer et parfois même admirer la dure réalité. Comment la photographie opère-t-elle pour nous offrir une image nouvelle de la ville contemporaine ? Doit-on garder une distance critique par rapport à ce phénomène d’esthétisation ?

Partager :