Cinéma
mercredi 20 déc.
19:30
Théâtre 121 - Casablanca

Rendez-vous avec un passionné du cinéma pour en discuter à bâtons rompus autour de nombreux extraits.
Roland Carrée est docteur en études cinématographiques de l’Université Rennes 2. Après avoir enseigné le cinéma aux universités Rennes 2 puis de Caen, il l’enseigne depuis 2013 à l’école d’art privée Studio M Casablanca, dont il dirige également le département Audiovisuel. En parallèle de ces fonctions, il travaille depuis 2014 pour l’Institut français du Maroc, dans le cadre duquel il donne des conférences et assure des formations pédagogiques. Il est également l’auteur de nombreux textes sur le cinéma parus dans des revues et ouvrages collectifs. La publication de son premier livre, issu de sa thèse de doctorat, est prévue pour la courant de l’année 2018.

La mer au cinéma

Mercredi 11 octobre à 19H30

Filmée et représentée selon des modalités très différentes (documentaire/fiction, réel/imaginaire…), la mer est, au cinéma, un seuil à franchir pour entrer dans une nouvelle
saison de la vie et dans l’immensité du monde. Elle acquiert ainsi la fonction symbolique d’image du voyage, qu’il soit réel ou initiatique. Le spectateur lui-même, en contemplant l’image de la mer depuis son fauteuil, est invité à traverser son écran pour rejoindre par le rêve cet horizon où s’offrent à lui tous les possibles. Apparaît
alors l’idée que la mer, à l’image du cinéma dont elle se fait l’écran, est tout autant un élément mythique que profondément changeant, renouvelable à l’infini.

Les pâtes à modeler animées du studio Aardman

Mercredi 20 décembre à 19H30

Fondé en 1972, le studio britannique Aardman connaît un succès international avec les premières aventures des inénarrables Wallace et Gromit. S’ensuivent des courts
métrages, longs métrages et séries pour la télévision et le cinéma : Chicken Run, Souris City, Les Pirates, Shaun le mouton… Façonnés à la main grâce à une technique
inédite de pâte à modeler animée image par image, les personnages de Aardman ressemblent à des jouets manipulables à l’infini, confrontés à des situations toutes plus délirantes les unes que les autres. Cette rencontre sera l’occasion de revenir sur l’histoire de ce studio mythique ainsi que sur le style si particulier, so British, de ses films indémodables

 

Partager :