Du
mercredi 04 déc.
09:00

Au
dimanche 08 déc.
14:00

L’Institut français de Casablanca met le 9ème art à l’honneur lors d’un événement convivial et festif qui a pour objectif d’inciter le public à explorer la variété de la bande dessinée et de l’édition.

Au programme : des échanges, entre jeunes et moins jeunes, entre lecteur.rice.s et auteur.e.s, entre curieux.se.s et passionné.e.s, des animations originales, ludiques et variées, autour de la bande dessinée. Tout ceci dans le but de créer une communauté BD à Casablanca.

Le collectif Skefkef, Hicham Lasri, François Olislaeger, David Prudhomme et d’autres acteurs de la bande dessinée au Maroc et à l’étranger seront invités afin de partager leur expérience.

Atelier flipbook – le 4/12 – de 16h30 à 18h (médiathèque jeunesse) – entrée libre

Animer ses propres dessins avec comme seuls outils un crayon et un tas de feuilles ? C’est possible, et c’est très simple à faire !

Lors de l’atelier flipbook, les jeunes animateur.rice.s en herbe pourront fabriquer leur propre petit livret de dessins qui s’animent lorsque l’on fait défiler très vite les pages.

A partir de 6 ans.

Rencontre – « Faire de la Bande-dessinée aujourd’hui. » – le 4/12 – à 19h30 (médiathèque) – entrée libre

Qu’est-ce que faire de la bande-dessinée en 2019 ? Formation, diffusion, édition et autopublication, autant de sujets que nous aborderons du point de vue des la dessinateur.ice.s afin de mieux comprendre la réalité de la BD et les possibilités qui s’offrent aux jeunes créateur.e.s aujourd’hui.

Avec : Hicham Lasri, Rebel Spirit (dessinateurs), Isabelle Chaland (Festival Les rencontres Chaland) et d’autres invités.

L’atelier fanzine – Les 5 et 6/12 de 10h à 19h (cafétéria) – entrée libre sur inscription

Fanzine, nom masculin

Un fanzine (contraction de l’expression anglaise « fanatic magazine ») est une publication, imprimée ou en ligne, périodique ou non, créée et réalisée par des amateurs passionnés pour d’autres passionnés.

Ce type de publication est fortement ancré dans la philosophie DIY, popularisée par le mouvement punk.
Pendant deux jours, la cafétéria de l’Institut français sera transformée en atelier : des professionnel.le.s de la BD accompagneront des jeunes amateur.rice.s de bande dessinée et d’illustration, dans la création de fanzines.

Les fanzines réalisés seront présentés au grand public le samedi 7 et le dimanche 8 décembre à l’Institut français.

Inscriptions à l’adresse : [email protected]çais-maroc.com

Concert dessiné « Regarde-moi mieux » – le 6/12 – à 20h30 (Théâtre 121) – 60/80 dhs

Les dessinateurs David Prud’homme et François Olislaeger se livrent à une création dessinée sur la musique et les chansons pleines de rêves et de poésie de Mathieu Boogaerts.

Avec : Mathieu Boogaerts, François Olislaeger et David Prudhomme

Rencontre professionnelle – le 7/12 – de 11h à 13h (Cafétéria)  

Dans le but d’encourager la professionnalisation dans le domaine de la bande dessinée au Maroc, cette rencontre permettra aux jeunes créateur.e.s de BD marocains d’établir un premier contact avec les professionnels du milieu et ainsi d’obtenir des retours sur leurs travaux.

Battle de dessin – le 7/12 – à 18h30, entrée libre  

Des dessinateur.ice.s – amateur.ice.s ou professionnel.le.s – s’affronteront en musique, à coups de crayon sur des thèmes qui leur seront imposés. Le public et l’arbitre décideront des vainqueurs en toute subjectivité.

Marché de bande-dessinée – le 7/12 de 11h à 18h et le 8/12 de 10h30 à 16h30 – entrée libre

Pendant ces deux journées dédiées à la bande-dessinée, vous pourrez découvrir les nombreuses nouveautés du fond de la médiathèque ou relire des classiques ; vous procurer vos albums préférés auprès d’un libraire ; chiner quelques éditions ou objets rares auprès d’un collectionneur ; participer à un atelier de détournement ; rencontrer de jeunes créateur.e.s…

Projection – « Zombillénium », film d’animation d’Arthur de Pins et Alexis Ducord (France /1h18) – 20/30dhs / A partir de 6 ans

A Zombillénium, les monstres ont le blues. Vampires, sorcières, loups-garous et zombies se plient en quatre pour effrayer les visiteurs en quête de sensations fortes. Mais le parc est menacé de mettre la clé sous la porte

 

Partager :