Mehdi Ouahmane est accueilli à la Friche la Belle de Mai pour une résidence autour de son projet d’art visuels Vaches à lait.

Projet

« Vache à lait » est une série d’expérimentations qui interroge notre façon de consommer des croyances. Dans ce travail, j’essaye de matérialiser ces croyances avec des formes symboliques, par une iconographie propre à ma culture d’origine combinée à d’autres références et récits antiques. Le titre « Vache à lait » réfère, dans un contexte économique, à un produit phare d’une entreprise qui lui rapporte beaucoup de profits. En empruntant les caractéristiques conceptuelles, symboliques et physiques de la vache, j’ai pu imaginer, à travers des dessins et des sculptures, une déesse hybride domesticable, déchue de sa sacralité, pour servir et produire des convictions, sous forme d’aliments consommables.

Démarche artistique

Les animations, mangas et jeux vidéo ont toujours eu une forte influence sur ma pratique. L’abondance et la diversité des graphismes, des textures et des styles sont d’une richesse et d’un caractère esthétique qui me semblent uniques et avant-gardistes, compte tenu de la nouveauté de ces mediums qui ont marqué mon enfance et qui continuent d’être des références aujourd’hui. Ces dernières, par des narrations et à travers des figures de héros, monstres ou personnages mythiques, mettent en forme des concepts et des valeurs philosophiques qui alimentent l’imaginaire collectif.

La construction de ces productions est entièrement basée sur les mythes. Il est intéressant de pouvoir comprendre ces aspects du mythe et de se servir de ces outils pour pouvoir explorer un nouvel univers qui m’est propre, témoin de notre époque actuelle et qui s’inspirerait de récits antiques et d’éléments de la vie quotidienne.

Le caractère dystopique est très présent dans mon travail. Le mythe de la fin du monde me fascine par sa richesse plastique, en ce qui concerne le désordre, les déformations et les distorsions. Cette imagerie, ou plutôt, cette ménagerie apocalyptique pullule de difformités et d’ambigüités couplées d’une palette consistante de textures, de possibilités graphiques et de compositions.

Je mets en place, dans un premier temps, une trame narrative pour contextualiser mes personnages afin de les ancrer dans la réalité, en suggérant leurs traits de caractère et leurs attributs physiques. Cette démarche m’aide à imaginer les techniques et matériaux, qui pourront renforcer le concept de chaque personnage. Cela m’offre un large champ d’expérimentation me permettant l’usage de plusieurs mediums tel que le collage, les feutres de couleur, la sculpture, sans restriction de techniques, mais dont le pivot central reste incontestablement le dessin.

Mehdi Ouahmane

Mehdi Ouahmane est né en 1992 à Casablanca. Il vit et travaille à Mohammedia. Mehdi Ouahmane est titulaire d’une licence en design graphique en 2013, à l’école de design Art’Com de Casablanca. Il intègre des agences de communication en tant que graphiste, et acquiert une expérience professionnelle de près de deux ans. Mehdi décide de rejoindre les rangs des Beaux-Arts de Tétouan en 2015 et en sortira, diplômé en 2019. Dans son travail, Mehdi s’intéresse particulièrement aux mythologies et à leurs multiples aspects. A travers son univers onirique, il imagine des personnages et des créatures, imprégnés de notre contexte ainsi que ces problématiques actuelles.

Instagram

Partager :