mercredi 25 avril
18:00:00
Salle Gérard Philippe - Rabat

Rendez-vous mercredi 25 avril 2018 pour une conférence autour de la mission archéologique maroco-française de Rirha (Sidi Slimane, Maroc).

Intervenants :

Mohamed Kbiri Alaoui
Abdelfattah Ichkhakh
Charlotte Carrato
Elsa Rocca

À propos de la mission archéologique

Implanté dans la plaine du Gharb, à environ 35 km du site antique de Volubilis et à 8 km au nord de Sidi Slimane (Province de Sidi Slimane), le site de Rirha occupe, sur la rive droite de l’oued Beht, un plateau d’une dizaine de mètres de hauteur, allongé d’est en ouest et enserré par un méandre de l’oued.

Le gisement, d’une superficie de 10-11 hectares, présente une agglomération maurétanienne, fondée au Ve s. av. J.-C., qui reste occupée jusqu’à la fin de la période romaine (IVe s.). Le site est ensuite réoccupé à la période médiévale entre le IXe et le XIVe s. Il fournit par conséquent une occasion rare d’étudier la formation et l’évolution de l’identité culturelle d’une population du Gharb sur une longue durée, allant de l’époque maurétanienne jusqu’au Moyen Âge.

Depuis 2005, l’équipe archéologique maroco-française se réunit chaque année au printemps pour entreprendre sur ce site une mission de fouille pendant un mois. Le projet est soutenu par le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères, l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine (INSAP) de Rabat, la Casa de Velázquez de Madrid et le LabEx ARCHIMEDE de Montpellier (Université Paul Valéry Montpellier 3, UMR 5140 Archéologie des Sociétés Méditerranéennes-ASM).

Depuis 2017, la direction est assurée par Elsa Rocca (maître de conférences, Université Paul Valéry Montpellier 3-UMR 5140 ASM), Charlotte Carrato (docteur, chercheur associé à l’UMR 5140ASM), Mohamed Kbiri Alaoui (professeur à l’INSAP de Rabat) et Abdelfattah Ichkhakh (archéologue, Conservateur de la médina d’Essaouira). L’équipe pluridisciplinaire rassemble des spécialistes de l’architecture (terre crue, construction romaine, décor), une topographe, un dessinateur, des céramologues, un numismate, un spécialiste des petits objets et, dans le domaine de l’archéologie environnementale, des paléobotanistes (une carpologue et des anthracologues), un archéozoologue et une micromorphologue. Elle accueille également des doctorants et des étudiants du Maroc, de France et d’Espagne.

Les résultats des fouilles annuelles sont présentés chaque année dans les chroniques publiées au BAM, sur le blog de la Casa de Velázquez et sur le site du Labex ARCHIMEDE.

 

ENTRÉE LIBRE !

 

Partager :