lundi 07 janv.
17:00:00
Académie Hassan II des Sciences et Techniques - Rabat
vendredi 15 mars
15:00:00
Faculté des Sciences Ben M'sik - Casablanca
lundi 18 mars
17:00:00
Académie Hassan II des Sciences et Techniques - Rabat

L’Ambassade de France au Maroc et l’Institut français du Maroc organisent chaque année avec l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques, un cycle de conférences scientifiques à Rabat. Cette année, le cycle de conférence comptera sur la présence de nombreux éminents chercheurs.

Deuxième rendez-vous du cycle de conférences :

Intervenant : Professeur Nicolas Lévy, Directeur de l’unité « Marseille Medical Genetics Center », Inserm-Aix Marseille Université, Marseille ; Directeur du département de Génétique médicale, CHU Timone, AP-HM, Marseille ; Fondateur et porteur du projet GIPTIS

 

Vendredi 15 mars 2019 à 15h à la Faculté des Sciences Ben M’sik à Casablanca (en partenariat avec l’Université Hassan II de Casablanca)

Les maladies rares représentent un groupe important et hétérogène de plus de 7 000 affections qui touchent 3 millions d’individus en France, 30 millions en Europe et 50 millions dans l’espace Méditerranéen. Elles sont généralement d’origine génétique, chroniques, graves et potentiellement mortelles.

Grâce à la recherche, nous savons aujourd’hui que plus de 85% des maladies rares sont génétiquement déterminées, c’est-à-dire qu’elles sont causées par certains gènes et des mutations.

Néanmoins, moins de 5 % de ces maladies bénéficient aujourd’hui d’un traitement adapté. Cela est notamment dû à la diversité et à la rareté des maladies, à la dispersion géographique des patients, à la difficulté de collecte de données et d’échantillons biologiques ainsi qu’à un manque de coordination global de la recherche vers le développement thérapeutique.

Sur la base de ces constats, des modèles de coopération ont été proposés par les acteurs politiques, médicaux et scientifiques de nombreux pays. Cela a conduit à l’émergence d’actions qui ont stimulé la recherche. Cependant, le modèle de structuration au niveau local, national et international doit être repensé pour mieux prendre en compte les besoins médicaux actuellement non satisfaits. Ce besoin de structuration touche en particulier les pays de la Méditerranée.

Tous ces éléments seront présentés par le Professeur Lévy au cours de sa conférence, le vendredi 15 mars 2019.

Entrée libre et gratuite !

Lundi 18 mars 2019 à 17h à l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques à Rabat

Les mécanismes qui sous-tendent le vieillissement ont attiré la curiosité tout au long de l’histoire de l’espèce humaine, et depuis de nombreuses années, une attention toute particulière des chercheurs en sciences du vivant. Ces recherches ont récemment connu un progrès sans précédent, notamment grâce aux découvertes démontrant que le vieillissement est contrôlé – au moins dans une large mesure – par des voies génétiques et des processus biochimiques, métaboliques et cellulaires complexes.

Différentes approches de recherches sont mobilisées pour étudier et comprendre les mécanismes du vieillissement.  Une des approches existantes consiste à explorer certaines maladies rares, notamment celles nommées « les syndromes progéroïdes », présentant des similitudes avec le vieillissement physiologique sans l’imiter parfaitement.

Depuis plus de 25 ans, le Professeur Lévy étudie l’origine et les mécanismes en jeu dans ces maladies rares, et à cherche à mettre au point des solutions thérapeutiques. En 2003, il a identifié la cause et le mécanisme à l’origine de la Progeria, maladie rare et sévère de l’enfant provoquant un vieillissement accéléré.

Ainsi, au cours des quinze dernières années, les connaissances et les perspectives entrevues par l’exploration de cette pathologie ont considérablement augmenté, jusqu’à permettre de développer des essais de traitement chez les patients atteints. C’est par un travail de recherche approfondi de ce syndrome que des thérapies innovantes et efficaces peuvent voire le jour tout en contribuant à améliorer la compréhension de ces troubles liés au vieillissement, l’étude des syndromes progéroïdes en étant l’une des plus prometteuse.

Entrée libre et gratuite !

 À propos du Professeur Nicolas Lévy :

Médecin spécialisé en Génétique médicale, professeur des Universités et Praticien Hospitalier. Le Professeur Lévy a dirigé la Fondation des maladies rares à Paris et porte aujourd’hui le projet d’institut GIPTIS dédié aux maladies génétiques et maladies rares.

Distingué pour ses travaux, le Professeur Lévy a notamment été lauréat du Grand Prix de la Recherche Robert Debré en 2012, du Prix « Rose Lamarca » de la recherche clinique de la Fondation pour la Recherche Médicale en 2014, et du Grand Prix de la Recherche en Provence en 2017.

Premier rendez-vous du cycle de conférences :

« Vers une théorie génétique des maladies infectieuses »

Lundi 7 janvier 2019 à 17h à l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques à Rabat

Intervenant : Jean-Laurent Casanova, Professeur à l’Université René Descartes – Paris, à l’Université Rockefeller, New York ; Directeur du laboratoire de génétique humaine des maladies infectieuses, Hôpital de l’Université Rockefeller et Institut Imagine-Hôpital Necker Enfants Malades.

Depuis les travaux de recherche de Louis Pasteur, les médecins et chercheurs dans le domaine de la santé savent que les microbes sont responsables des maladies infectieuses. Pourtant, ils savent également qu’il existe une importante variabilité de résistance aux infections selon les individus. En effet, depuis la seconde moitié du XXème siècle, des données d’épidémiologie génétique ont confirmé que les prédispositions génétiques ont un impact déterminant dans les maladies infectieuses. Depuis, ces données ont été consolidées par une discipline spécifique : la génétique humaine des maladies infectieuses.

« Pourquoi certains enfants développent une maladie grave au cours d’une infection, tandis que d’autres exposés au même microbe restent indemnes ? », telle est la question qui anime les travaux de recherche du Professeur Casanova depuis plus de 20 ans. Ainsi, depuis 1995, il teste avec ses équipes de recherche l’hypothèse que les maladies infectieuses qui mettent en jeu le pronostic vital au cours d’une primo-infection, notamment dans l’enfance, résultent de défauts génétiques de l’immunité.

Entrée libre et gratuite !

À propos de Jean-Laurent Casanova :

Pédiatre, immunologiste et généticien, Jean-Laurent Casanova mène ses travaux de recherche au sein de deux laboratoires : celui de l’hôpital Necker-Enfants Malades de l’université Paris Descartes et celui de l’hôpital de l’université Rockefeller à New York.

Il est lauréat de nombreux prix internationaux, notamment le Prix Baillet-Latour (Belgique, 2011), le Prix Robert Koch (Allemagne, 2015), et le Prix Korsmeyer (Etats-Unis, 2016), le Grand Prix Inserm (France, 2016). Il a été élu membre étranger des Académies de Médecine et des Sciences des Etats-Unis en 2015.

Partager :