Exposition
Du
mercredi 28 juin
19:00

Au
samedi 22 juil.
16:00

J’ai découvert les Gnawa, à Casablanca, en 1983, avec Pascal Amel, lors d’une “Lilâ” chez maître Sam. Ce fut un choc émotionnel intense. Puis il en y eut d’autres, dans leur zaouïa, à Essaouira. Et le Festival des Gnawa, qui depuis 1998, contribue à leur reconnaissance artistique. Leurs rituels, leur musique lancinante, sourde et intense qui nous transporte, leur rythme sacral et cosmique venu d’Afrique subsaharienne, me font vibrer. Il y a trois ans, j’ai ressenti la nécessité de créer des œuvres captant “le flux de vitalité” que délivrent les Gnawa ; en particulier, lors de leurs nuits de transes. Leurs flux et leurs reflux sont tels des vagues océaniques. Gnawa Soul présente des peintures dont les couleurs évoquent les couleurs monochromes de leur système symbolique, ainsi que le son frénétique de leur tambour, le rythme syncopé du guembri, la gestuelle et la circonvolution des corps, la convocation extatique des “esprits”. Najia Mehadji

Reconnue à l’international, Najia Mehadji est une artiste peintre majeure de l’art contemporain du Maroc. Elle vit et travaille entre Paris et Lamsassa (15km d’Essaouira). Ses œuvres créent une synthèse dynamique entre l’avant-garde picturale et les arts de l’Islam. D’où l’unité plurielle de son œuvre dont le style très personnel crée des « structures de flux » qui s’innervent dans une gestuelle libre et dépouillée aux lignes le plus souvent continues : une calligraphie fertile et voluptueuse non dénuée de spiritualité. Nombre de ses œuvres appartiennent à des collections prestigieuses privées ou publiques ; parmi ces dernières, celles du musée du Centre Georges-Pompidou et de l’Institut du monde arabe, à Paris ; du musée d’art moderne et contemporain Mohammed VI, à Rabat ; du musée d’art contemporain africain Al Maaden, à Marrakech …Najia Mehadji est représentée par les galeries : Atelier 21, Casablanca ; Claude Lemand, Paris ; La Navire, Brest ; Anima gallery, Doha ; Le Violon bleu, Tunis.

Partager :