Conférence et Rencontre
samedi 01 juil.
11:00
Patio - Essaouira

Rencontre avec Faïza Tidjani, touria Ikbal et Muhammad Vâlsan autour de « La religion de l’Amour » et présentation du livre La Burda du désert

Dans le cadre de l’Arbre à Palabre, événement du Festival Gnaoua et Musiques du Monde.

La Burda du désert

Calligraphie : Faiza Tidjan ;  textes : Touria Ikbal et Cheikh Muhammad Vâlsan

Voyage vers un jeu de lumière, vers un mirage déconcertant. Tableaux énigmatiques surgis des sables du désert de Témacine, réflexions et pensées poétiques jaillies des ardeurs de son soleil. La soif, le miroir d’une eau prometteuse qui scintille puis s’évanouit… la contemplation d’une Théophanie qui s’ensuit. Par leurs dessins et leurs mots d’artistes, Faïza Tidjani et Touria Ikbal entraînent le visiteur du livre dans un univers fascinant où l’imaginaire s’avère réalité pure et où l’évocation devient invocation. Grâce à sa fine connaissance de la spiritualité islamique, Muhammad Vâlsan relève, quant à lui, quelques traces fugitives de leurs pas et donne un bel éclairage initiatique à leurs images subtiles.

« Au premier regard porté sur une œuvre de Faïza Tidjani, j’ai su que son auteur était une âme inspirée. Il s’agissait d’un petit tableau qu’elle avait offert à notre amie commune, la poétesse Touria Ikbal. Ornant un salon de la demeure de cette dernière, ce tableau avait été exécuté avec la même technique et dans le même esprit que les trente qui viennent à présent illustrer cette belle Burda du désert à laquelle les deux artistes m’invitent aimablement à participer. L’originalité du dessin et la délicatesse de son rendu avaient exercé sur moi d’emblée une curieuse attraction.

La profonde résonance que je ressentis alors et l’étonnement suscité par son dessin atypique m’amenèrent à confier à Touria quelques réflexions spontanées. Elle m’engagea aussitôt à en consigner ici quelques échos. J’y consentis volontiers, mais ma contribution en ce domaine n’échappant pas à l’emploi d’un langage plus analytique et nettement moins raffiné que celui propre à l’art. »  (Extrait du prologue de M. Muhammad Vâlsan)

 

La Religion de l’Amour, la religion du Cœur

« La Religion de l’Amour » est une expression empruntée à la poésie métaphysique du grand maître spirituel andalou Ibn Arabi (560/1165- 638/1240).

Il la réalisa par une conversion totale du cœur. S’élevant tout à coup au-delà de tout formalisme tout en les intégrant, son Amour devint alors proprement universel. Cet Amour lui apparut un jour sous les traits féminins d’Harmonie, l’envoutante Nizam, rencontrée au sanctuaire de la Mecque. C’est à elle qu’il adressera son recueil poétique l’Interprète des désirs ardents lui déclarant sa flamme transcendante, pour notre plus grand profit.

Comment reconnut-il en elle une parfaite théophanie ?

Comment pourrions-nous suivre ses pas et expérimenter ce pur Amour capable de résoudre toutes les conflits  et de ramener à la Paix profonde ?

C’est ces questions, porteuses d’espoir en ces temps de si grands troubles, que nos deux invités Muhammad Vâlsan et Touria Ikbal se proposent d’aborder.

Partager :