Retrouvez l’intégralité de la programmation culturelle de votre ville sur le site web de votre Institut.

2020, nouvelle année, découvrez les propositions culturelles de l’Institut français du Maroc ! En janvier, c’est parti pour un trio rythmique et un quatuor dansant avec la chanteuse Lou Tavano et la Compagnie Michel Kelemenis.

Jazz et musiques actuelles : Lou Tavano Trio

Du 16 au 25 janvier 2020
Tétouan : jeudi 16 janvier à 19h, Centre culturel de Tétouan //
Fès : samedi 18 janvier à 19h, Complexe culturel Al Houria // Kénitra : mardi 21 janvier à 19h, la Direction provinciale de la culture// Casablanca : mercredi 22 janvier à 20h, Théâtre 121 de l’Institut français // Rabat : jeudi 23 janvier à 20h, l’Auditorium du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain// Essaouira : samedi 25 janvier, 19h à l’Institut français

Lou Tavano puise dans ses influences diverses la matière première de son second opus, Uncertain Weather, associant cette fois un violoncelle à la rythmique de son premier disque. Associée à la liberté formelle du jazz, elle fournit la charpente idéale à une expression moderne de questionnements intemporels.
L’alternance entre le trio voix-violoncelle-piano revisite la musique de chambre intimiste pour y insuffler la fraîcheur du format chanson, augmenté d’une explosive section rythmique contrebasse-batterie.  Par un son organique et puissant, le groupe s’ancre résolument dans un son contemporain, mariant ainsi jazz et musiques actuelles.

Danse : Cie Michel Kelemenis, Rock & Goal

Du 14 au 23 janvier 2020
Tétouan : mardi 14 janvier à 19, Centre culturel de Tétouan // Fès : jeudi 16 janvier à 19h, Complexe culturel Al Houria // Meknès :  samedi 18 janvier à 19h au Théâtre de l’Institut français // Oujda : jeudi 23 janvier à 19h au Théâtre Mohammed VI

Lizzie aime le base ball et David le kung fu. Elliott préfère la gymnastique et Serena le tennis… Ensemble ils jouent au Rock & Goal !
Dessinant avec fantaisie les personnages de sa nouvelle fable, Michel Kelemenis se souvient avoir été gymnaste avant de croiser la danse et de s’y réaliser.
Il s’amuse de cette anecdote pour tracer un parcours élargi du geste sportif au geste dansé, un parcours forcément poétique qui s’affranchit progressivement de toute référence pour accéder à la liberté de l’envol. Une mutation s’opère des valeurs positives du sport à celles, toutes aussi épanouissantes, de l’art. Bien que traversant l’effort, la fatigue, le doute et l’échec, un souffle de bonne humeur irrigue la pièce pour, peut-être, conjurer les maux du monde le temps d’une rencontre, forcément amoureuse, avec 4 interprètes lumineux. Droit à l’insouciance, ode à la liberté, la voie tracée sur fond de musique populaire consacre le geste dansé en l’élevant au statut de trophée !

Partager :