samedi 08 déc.
19:00
Dar Batha - Fès

Magie des sons : Les Préludes de Debussy / Cycle des grands interprètes

Dans le cadre du centenaire de la mort du compositeur

La musique a-t-elle besoin de mots pour exprimer ce qu’elle nous raconte ? Adolescente, je  me plongeais dans les préludes de Debussy dont les titres énigmatiques me fascinaient. Ainsi, quelques pages de musique nous emmènent dans des univers poétiques singuliers où le rêve et les univers enchantés succèdent à l’évocation d’un paysage, puis font une allusion à l’humour anglais ou encore à un parfum d’Espagne. Comme autant de moments saisis sur le vif, dans l’instant, pour revenir au silence et laisser l’imagination de chacun opérer.

Magie des mots et magie des sons ? Le génie de Debussy réside dans cette capacité à faire émerger du piano des couleurs, des plans sonores, des textures, des éclats étincelants, un miroitement aquatique, des jeux d’ombres et de lumières, une variété de timbres, une mise en vibration et en résonnance de l’instrument. Toute l’étendue du clavier est explorée, exploitée, alliée à un jeu de pédales que l’on pourrait presque qualifier de virtuose car utilisées pleinement au service du son et de la couleur.  Il y a chez Debussy une forme de conception de l’harmonie révolutionnaire où les références tonales sont évitées, où le chromatisme vient altérer pour toujours colorer.

Célimène Daudet

Partager :