Exposition
Du
jeudi 12 janv.
09:00

Au
mardi 31 janv.
18:00

Exposition en forme d’hommage à Leïla Alaoui décédée dans l’attaque terroriste de Ouagadougou en janvier 2016.

Leila Alaoui était par ses engagements personnels et au travers de son oeuvre, un symbole d’humanisme, de générosité, de bonté et de vie.

Après moult expériences-tâtonnements plus intéressantes les unes que les autres, Leila Alaoui s’affirme comme portraitiste et nous laisse une oeuvre remarquable.
Comment définir son travail ? Quelles en sont les principales caractéristiques ? Leila Alaoui a du style. Le terme est compris, ici, aussi bien dans son acception mode que dans son acception littéraire.

Oui, les 20 portraits de Marocaines au devant de la scène que comprend cette exposition partagent tous, malgré des différences d’approches certaines, quelque chose de commun. Une touche, une patte, comme on dit. Un style.

Entrons dans le vif du sujet : Leila Alaoui pratique un portrait esthétisant. Sa démarche s’inscrit ainsi dans la perpétuation d’une veille tradition allant d’un Cecil Beaton à un Richard Avedon en passant par le Robert Frank de The Americans. Quoi de plus frais que la tradition – renouvelée – en ces temps où, en art comme ailleurs, la rupture devient une injonction ?

 

Partager :