mardi 19 févr.
19:00
Salle Gérard Philipe - Rabat

Peintre, sculpteur, désormais écrivain, Richard Texier est un artiste français de renommée internationale. Après un doctorat en architecture puis un second en arts plastiques, il installe son atelier à Paris, expose  à New York en 1983, puis en France où les expositions se multiplient. De nombreuses expériences à l’étranger sont des occasions de rencontres, d’échanges et de création: il ouvre des ateliers nomades à New York, en Russie, Birmanie, Chine, Espagne et de multiples musées mondiaux exposent ses œuvres. Sa curiosité artistique le pousse vers des contemporains comme ZaoWou-ki ou Farid Belkahia auxquels il consacre des films très personnels. Le renouvellement de son œuvre est permanent : il en explore des modes inédits dont l’écriture rend compte dans des ouvrages parus chez Gallimard, « Nager », « Le grand M », « Zao », ou chez Fata Morgana avec « le Manifeste de l’élastogenèse ». (2018)

Marie-Christine Vandoorne est experte en projets culturels et artistiques, écrivaine. Elle a consacré une grande partie de sa carrière au développement de l’enseignement du français et à la promotion de la coopération universitaire et éducative à l’étranger, en étant directrice de l’institut français Tanger-Tétouan de 2007 à 2011,  attachée universitaire aux Pays-Bas, directrice de l’Alliance française de Dublin, attachée de coopération pour le français à Rome et attachée culturelle à Athènes. Marie-Christine Vandoorne a également mené de nombreuses activités culturelles au titre du volontariat, toujours tournées vers le développement de la francophonie, notamment avec sa participation au lancement du Prix international francophone des 5 continents à Beyrouth en 2011.

Rencontré à Rabat en 1995, le peintre Zao Wou-Ki devient l’ami de l’artiste et le restera jusqu’à sa mort en 2013. De ces longues années de compagnonnage, Richard Texier évoque  dans « Zao » l’intensité joyeuse de leurs  échanges et le partage profond de l’impulsion artistique, sous ses formes les plus variées: c’est une même créativité qui  court de la toile aux formes sculptées ou inventées et se prolonge dans l’écriture en un jet continu, éclairant, puissant. En des termes simples et justes, l’artiste propose à chacun de s’interroger sur l’origine de ce flot continu qui coule d’œuvre en œuvre pour rejoindre notre propre courant. Est-ce la nature dans laquelle nous baignons dès l’enfance et dont l’homme ignore peu à peu le magique enlacement ? Est-ce notre imaginaire dont l’élasticité aide à s’approcher de tous les possibles, déjà présents dans notre espace intérieur ?

Le défilé sur grand écran de quelques œuvres photographiées permettra à chacun de suivre l’alliance des mots prononcés avec les formes inventées.

Partager :