arton132

En présence du poète, animé par Azzedine Chentouf, professeur, poète et critique

Mohammed Bennis est un poète marocain né en 1948 à Fès et l’un des poètes les plus importants de la poésie arabe moderne. Il fonde en 1974 la revue Attakafa El Jadida (la culture nouvelle) qui a joué un rôle actif dans la vie culturelle marocaine et qui sera interdite en 1984. Enseignant à l’université Mohammed V Agdal, il crée en 1985, avec universitaires et écrivains, les éditions Toubkal. Mohammed Bennis est également membre fondateur et président de la Maison de la Poésie au Maroc (1996-2003). Il a adressé en 1998 un appel à Federico Mayor, Directeur Général de l’Unesco, en faveur d’une Journée mondiale de la poésie. Cette Journée est déclarée en 15 novembre 1999. Auteur de plus d’une trentaine de titres.

Des recueils et des textes de lui sont traduits et publiés dans plusieurs langues. Il traduit des œuvres d’Abdelkabir Khatibi, Bernard Noël, Abdelwahab Meddeb, Stéphane Mallarmé et Georges Bataille. Sa traduction de Un coup de Dés de Mallarmé, première en arabe, est publiée dans une édition bilingue, en collaboration avec Isabella Checcaglini et Bernard Noël, chez Ypsilon Editeur à Paris en 2007. La France lui a attribué en 2003 la distinction de Chevalier des arts et des lettres. Il est, depuis 2006, membre d’honneur de l’Association Mondiale de Haïku à Tokyo. Il se voit décerner le grand prix du Maroc du livre en 1993, le grand prix Atlas de traduction en 2000, le prix Calopezzati de la littérature méditerranéenne en 2006, le prix Ferronia de la littérature internationale en 2007, le grand prix Al-Oweis de la poésie (Dubaï) en 2007, le prix tunisien de la culture maghrébine en 2010 et le prix littéraire italien Ceppo International Piero Bigongiari en 2011.

Traductions en français
Le don du vide (poèmes), traduction de Bernard Noël en collaboration avec l’auteur, l’Escampette, Bordeaux, 1999 ; Fleuve entre deux funérailles (poèmes), traduction de Mostafa Nissabouri, l’Escampette, Bordeaux, 2003 ; Le livre de l’amour, traduction de Bernard Noël en collaboration avec l’auteur, Al Manar, Paris, 2008 ; Feuille de la splendeur (poèmes), traduction de Mounir Serhani, revue par Bernard Noël en collaboration avec l’auteur, Cadastre8zéro éditeur, France 2010 ; L’obscur dans les mots (poèmes échangés avec Bernard Noël, accompagnés d’une intervention artistique du peintre Joël Leick, Al Manar, Paris, 2010 ; Vers le bleu (poèmes), traduit par Bernard Noël en collaboration avec l’auteur, Résidence de l’Arbre à paroles, maison de la poésie d’Amay, Belgique, 2012.

Samedi 11 mai    16h30    Palais des Institutions italiennes

Article au format PDF

Partager :