Un regard sur les femmes par une femme. Ici, au Maroc, au travers d’une complicité féminine transculturelle, l’échange de regards se fait riche et expressif. C’est dans celui-ci que Fabienne Colin puise son inspiration. Fabienne Colin peint des fleurs comme autant de portraits de femmes. Elle cherche dans celles-ci la richesse intérieure pour la révéler de manière métaphorique et poétique. C’est cette part cachée, vibrante, intime de chaque femme qui l’intéresse, et c’est toute leur densité qui explose sous le regard du spectateur. Dans cette recherche autour de l’intérieur/extérieur que peut présenter une femme, elle façonne des « Ventre-mondes », mappemonde évoquant un ventre de femme. Cette fois, c’est la part visible qui est présentée, et les parcours d’une vie comme on peut les lire sur la peau : un réseau de rides, des taches continentes, des marques de passage…

En partenariat avec La Maison POP

et L’International Fez Dance Festival

Partager :