mercredi 29 janv.
19:00
Institut français - Essaouira

Mahi Binebine – « Rue du pardon » Éd. Stock / Le Fennec, 2019

Rue du Pardon : c’est dans cette petite rue très modeste de Marrakech que grandit la narratrice de ce roman, Hayat. Le quartier est pauvre, seule la méchanceté prospère. Comme un oiseau qui sort de sa cage, Hayat s’échappe, et ressuscite grâce à Mamyta, la plus grande danseuse orientale du Royaume. Mamyta est une sorte de geisha – chanteuse, danseuse, entraîneuse, amante. Une femme libre dans un pays fondé sur l’interdit. Dénigrée et admirée à la fois, ses chants sont un mélange de grivois et de sacré. Hayat découvre comment on fait tourner la tête aux hommes, comment la grâce se venge de l’hostilité, comment on se forge un destin.

Mahi Binebine est romancier, et aussi peintre, parmi les plus connus au Maroc. D’abord professeur de mathématiques, il abandonna très vite l’enseignement pour se consacrer à la peinture, la sculpture et à l’écriture avec un premier ouvrage paru en 1992. Il a depuis publié dix romans. Les Étoiles de Sidi Moumen (Flammarion 2010 ; J’ai lu 2013; Prix littéraire de la Mamounia, 2010) a été traduit dans une dizaine de langues et adapté au cinéma par Nabil Ayouch (Les Chevaux de Dieu, primé à Cannes). Ses peintures font partie de la collection permanente du musée Guggenheim de New York. Depuis 2002, il vit et travaille à Marrakech.

Partager :