jeudi 06 févr.
19:00
Médiathèque de l'Institut - Tétouan

« Les manuscrits perdus »

« Ecris mon enfant, le devoir d’écrire s’impose encore plus impérieusement en des temps où le sage est dédaigné, l’imposteur encensé comme un oracle. Raconte les caprices de la destinée qui m’ont fait vivre la tragédie de l’exil et les drames de l’intolérance, affronter les rigueurs des voyages, traverser des mers agitées par mille orages, fuyant devant les persécutions, m’entretenant avec les savants, subissant les caprices des princes et l’arrogance des coutisans. Dis les tourments d’une époque de folle nostalgie pour une splendeur passée d’une civilisation désormais avachie. Dis le déphasage entre les principes galvaudés et ces luttes fratricides qui ont étouffé dans l’œuf tout rêve d’unité. Dis les liens entre des mondes à la fois proches mais aux conflits sans cesse renouvelés. Dis les tentations de cloisonnement et les désirs d’harmonies infinies… »

Tel pourrait être le testament du Morisque Ahmed Al-Hajari, alias Diego Bejarano. Né en Andalousie aux alentours de 1568, il est exilé à Marrakech, chargé d’ambassades en France et aux Provinces-Bas dans un monde désemparé fait d’inquisition en Espagne, d’expulsion massive des Morisques, de guerre civile au Maroc… Et en toile de fond, l’histoire de manuscrits fascinants qui incarnent à eux seuls les dualités entre deux mondes mais aussi la pousuite de rêves de symbiose …

Mouna Hachim née au Maroc, passionnée d’histoire, essayiste et romancière, nous livre à travers cette fresque fondée sur des événements et personnages réels, un roman où s’entremêlent la guerre et la paix, les rêves et les désillusions, la souffrance et l’amour.

Partager :