« La décolonisation des esprits doit se faire de part et d’autre de la Méditerranée. » Felwine Sarr

Un africain revenant d’une longue odyssée décide de s’adresser aux siens. Il les invite par une parole poétique à édifier le jour qui vient. Pour cela, il est nécessaire de procéder à une transformation de l’expérience culturelle et historique d’un continent qui a connu tous les hauts et tous les bas de la condition humaine.

Avec Traces. Discours aux nations africaines, l’économiste, penseur et poète sénégalais Felwine Sarr appelle l’Afrique à explorer son passé pour recouvrer l’estime de soi.

Dans la lignée de l’essai Afrotopia qui invitait l’Afrique à prendre en main son destin et à dessiner sa propre voie, Traces. Discours aux nations africaines invite à féconder de nouveaux futurs, « à pousser l’humanité plus loin, repousser l’horizon de la lumière, désensabler les eaux vives » pour « rouvrir le champ des possibles et dessiner une utopie africaine », une utopie active.

« La trace nous dit de nous réhabiliter, de sortir du regard vicié de soi. Elle nous dit de naître complètement », écrit Felwine Sarr qui appelle la nouvelle génération de femmes et d’hommes d’Afrique à puiser dans le passé pour renouer avec soi et forger une civilisation porteuse de sens pour l’Afrique, certes, mais aussi pour toute l’humanité.

Conteur exceptionnel, Étienne Minoungou, figure du théâtre burkinabè, prend la parole pour donner corps au récit de Felwine Sarr. Écrit à la manière d’une vaste odyssée, c’est à un voyage métaphorique en direction d’un engagement lumineux que nous invite l’auteur. Un texte propulsé comme une expérience qui se construit en assemblée, dans un dialogue et un partage incessant  entre la salle et la scène. Un mouvement réglé par le souffle puissant du comédien, magnifié par la kora et la flûte peule de Simon Winse. Une conquête à venir qui s’écrit au passé comme au présent, au singulier comme au pluriel.

 

Compagnie La charge du Rhinocéros

Mise en scène : Étienne Minoungou

Texte : Felwine Sarr

Interprétation : Etienne Minoungou, comédien et Simon Winsé, musicien

Production Théâtre de Namur
Coproduction Les Récréâtrales (Ouagadougou) ; AfriCologne Festival
Coréalisation MC93 – Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis (Bobigny) ; Festival d’Automne à Paris

 

Avec le soutien de l’Institut de Paris

Une production du Théâtre de Namur en coproduction avec le Festival Les Récréatrales – Ouagadougou, le Festival AfriCologne avec le soutien de la Fondation Von Brochowski Sud-Nord (www.southnorth.foundation

Diffusion : La Charge du Rhinocéros 

Avec le soutien de l’Institut français à Paris.