mercredi 19 juin
19:00
Patio de l'IF - Essaouira

CONCERT – Frànçois Atlas & la Relève Gnaoua d’Essaouira

Frànçois Atlas et le groupe Gnaoua de Saïd Boulhimas accompagné de Loy Ehrlich (musicien compositeur et producteur français
multi-instrumentiste

Fruit d’un partage exceptionnel de différents répertoires musicaux, créés lors d’une résidence artistique entre les musiciens du groupe « Frànçois and the Atlas Mountains » et le maâlem Saïd Boulhimas. Une fusion avec de nouvelles créations qui revisitent le répertoire traditionnel des Gnaouas en y invitant la féérie des instruments électroniques… Une nouvelle transe sans pour autant dénaturer le savoir-faire ancestral.

Mercredi 19 juin à 19h00

Patio de l’Institut français

Entrée libre et gratuite

 

°___°
°

Une Collaboration avec Mâalem Saïd Boulhimas
Quelques mots d’introduction de Frànçois 

« Après avoir tant usé les cassettes de Mahmoud Guinea, la proposition de L’Institut Français et d’un ancien programmateur du Festival d’Essaouira de venir collaborer avec le Mâalem Saïd Boulhimas m’a plongé dans la réalité du monde gnawa. 

Si tant soit peu qu’on puisse,  occidental,  saisir quoi que ce soit des pratiques de ces confréries si profondément ancrées dans la tradition, fières de leur marginalité, en perpétuelle communication avec le monde des esprits, et au sein d’un pays intrinsèquement musulman.

Imaginez un blondinet débarquer dans les arrières boutiques des rues labyrinthiques d’Essaouira! Saïd Boulhimas entre deux volutes d’épices locales se moque affectueusement: « ta musique c’est du Johnston Baby* « .

Née orphelin, Saïd s’est mis a tailler le bois des instruments pour assurer sa survie dès l’âge de huit ans. Il s’est fait sa place dans l’environnement abrupte des confréries des célèbres Guinea , à grand coup de guembri (basse en peau de chèvre utilisé par les maitres de cérémonie). Il a depuis acquis le titre de Mâalem , littéralement « Maître », capable de diriger des cérémonies de guérisons pouvant durer des nuits entières.  Il est aujourd’hui considéré comme le dernier porteur de la tradition à Essaouira. 

Tous ceux qui ont approchés les confréries  le diront: les Gnawa ne sont pas tendre en affaires.
Les terrains d’ententes ne se sont pas trouvés sans heurts. Il a fallu de fréquents voyages, et de lentes tractations pour briser la glace.
Leur constante référence aux Djinns** m’ont valu des nuits troublées, et je ne suis pas sans penser que les récentes vicissitudes de ma vie personnelles remontent aux rythmes hypnotiques des castagnettes métalliques qui accompagnent leur chants de transe…

De nombreux ouvrages et recherches d’ethno-musicologue vous expliqueront en détail l’évolution des rites gnawa en gradations de couleur, le lien historique aux esclaves d’Afrique noire,  les danses de possessions…

Moi je voulais simplement voir si l’ambiance tantôt nerveuse tantôt langoureuse du Maghreb, mêlée à ma passion des rythmes répétitifs traditionnels, pouvaient se glisser dans des chansons.

La version originale de ce morceau s’étend à 9 minutes. Venez étirer le temps avec nous en concert le 19 juin à Essaouira et le 21 juin à Agadir!

 

Paix sur vous , Salam alikum. »

 

*Marque de shampoing pour enfant 

**Esprit, ou fantôme dans la tradition arabe

Frànçois Atlas.
°
°         °
°

Partager :