Résidence Méditerranée

Le dispositif

Depuis 2015, la Friche la Belle de Mai et l’Institut français du Maroc ont initié le programme « Résidence Méditerranée ». Élargi en 2017 avec l’Institut français d’Algérie, en 2018 avec l’ambassade de France en Iran et en 2020 avec l’Institut français d’Égypte, en 2022 avec l’Institut français de Tunisie et l’Institut français de Ramallah ; ce dispositif de résidences a pour objectif l’accueil d’artistes émergent·e·s de tout le pourtour méditerranéen à Marseille pour encourager leur mobilité. Cette résidence à la Friche leur propose un cadre de recherche et de création sur mesure qui leur permet de développer leur pratique artistique et de (re)découvrir la scène artistique française.

  • Un espace de création et de confrontation

Chaque artiste bénéficie d’un espace de production adapté à son projet et aux formes qu’il·elle développe. Un accompagnement personnalisé est mis en place via l’implication d’un accompagnateur tout au long de la résidence permettant des moments de parole et de « critique » qui ouvriront des espaces de réflexion à chacun.

  • Des ouvertures d’ateliers au public, des rencontres avec des professionnel·le·s, critiques d’art et des journalistes ouvriront des perspectives, des nouvelles collaborations et une visibilité des travaux en cours.

Cette année, le programme « Résidences Méditerranée » propose l’accueil d’artistes marocain.e.s dans les disciplines suivantes :

  • Arts visuels : dossier de candidature accessible ici
  • Musique : dossier de candidature accessible ici
  • Curation / Critique d’art : dossier de candidature accessible ici

Contexte de l’appel à candidature

Les candidatures devront prendre en compte le contexte de Marseille pour y réaliser leur projet. Les résidents pourront ouvrir un nouveau champ de réflexion. Ils pourront prendre de la distance sur leurs pratiques actuelles, pour expérimenter une autre approche ou finaliser une création en cours en lien avec la ville. Les artistes pourront porter leur regard sur ses territoires, son histoire, ses croisements géographiques et culturels. Pendant leur résidence, la présence des artistes sera organisée avec les réseaux professionnels ainsi que des moments d’échanges auprès des professionnels de passage à Marseille.

Curateur.trice / Critique d’art :

Il s’agira d’effectuer un temps de prospections sur la scène artistique de Marseille et des alentours. C’est une résidence de recherche centrée sur l’écriture de texte d’art (curation, théorie, critique) mais aussi de rencontres et de mise en relation avec les acteurs et actrices du territoire.

Musique :

La résidence aura lieu dans le cadre de HIP HOP SOCIETY, porté par l’AMI. Il s’agit d’un temps fort de médiation, de discussions, d’échanges, d’ateliers et de diffusion, dédiée à la culture hip-hop et à la valorisation des pratiques culturelles de la jeunesse qui se déroule pendant les vacances de printemps.

www.hiphopsociety.fr

Calendrier

Les périodes de résidence varient en fonctions des disciplines :

  • Musique : 3 avril au 2 mai 2023
  • Arts visuels : 11 avril au 10 juillet 2023 (1ère session)
  • Curateur.trice / Critique d’art : 15 mai au 15 juillet 2023
  • Art visuels : 28 août au 26 novembre 2023 (2ème session)

Pour candidater

Les dossiers papiers ne sont pas acceptés, seules les candidatures par mail sont acceptées.

Merci, pour les fichiers images et vidéos d’utiliser Wetransfer et/ou lien dropbox.

Les candidatures reçues après la clôture de l’appel à projet ne seront pas prises en compte.

Le dossier de candidature comprendra en fonction des disciplines :

  • Le formulaire dûment rempli :  https://bit.ly/3w9DWZu
  • Des visuels (dans la limite de 15 pages)
  • Lien vimeo, youtube, etc
  • Parution, texte de recherche
  • Texte(s) destinés à rendre compréhensibles les enjeux de la pratique du/ de la candidat.e
  • CV complet
  • Lettre de motivation avec projet
  • Les disponibilités du candidat·e sur la période
  • Les contacts du candidat·e

 

Résidents actuels

Catégorie Arts visuels

« Vache à lait » est une série d’expérimentations qui interroge notre façon de consommer des croyances. Dans ce travail, j’essaye de matérialiser ces croyances avec des formes symboliques, par une iconographie propre à ma culture d’origine combinée à d’autres références et récits antiques. Le titre « Vache à lait » réfère, dans un contexte économique, à un produit phare d’une entreprise qui lui rapporte beaucoup de profits. En empruntant les caractéristiques conceptuelles, symboliques et physiques de la vache, j’ai pu imaginer, à travers des dessins et des sculptures, une divinité hybride domesticable, déchue de sa sacralité, pour servir et produire des convictions, sous forme d’aliments consommables.

Catégorie Arts visuels

Ahmad Karmouni s’intéresse à la matière dans son état brut, principalement le sel, un matériau particulièrement chargé d’histoire, de sens et de croyances. Il a développé pour cet élément une sensibilité et un intérêt particulier. Son champ d’expérimentation est large, il explore de nombreux médiums comme le dessin, l’installation, ainsi que les techniques d’impression (gravure, sérigraphie, monotype, entre autres.) L’artiste interroge à travers son travail artistique, la position et les connotations qui entourent le sel à travers l’histoire des civilisations ainsi que sa nature chimique et minérale. Il en est de même pour les matériaux qu’il découvre, au fur et à mesure de sa recherche, comme le cuivre, la chaux, etc.

© Pierre de Loheac

Catégorie Arts visuels

« Maisons à Vendre » est un projet qui questionne le territoire du sensible à travers une contemplation introspective. Cette réflexion qui se tourne vers l’intime viens re-narrer les récits de vie qu’une maison, un foyer, pourrait évoquer. À travers des médiums tels que la sculpture, la broderie, la sérigraphie, et la photographie, Diyae Bourhim explore les croisements de l’intime et du public qui s’expriment par le biais de l’habitat, et les différentes possibilités plastiques et visuelles qu’il peut offrir.  À la recherche des formes architecturales de l’intimité, je construirai des foyers ayant comme édifice, les récits et mémoires accumulées de ses habitants.

Catégorie Danse

Le projet “HITISTE” est une création chorégraphique in situ qui se déroule dans l’espace public. Dans ce projet, Othman Sellami sacrifie son corps au mur pour explorer l’univers des Hitistes et cherche à aller au-delà de ce qu’on aperçoit. Afin de révéler la face cachée des jeunes Hitistes qui tuent leur temps, adossés contre les murs, Othman Sellami évoque la puissance du mouvement éclipsé derrière leur apathie et met en lumière la sensibilité qui réside dans leur regard perçu comme insensible. Il retrace leur rapport au mur à travers les schémas et formes qu’ils y dessinent au fur et à mesure avec le temps.

Catégorie Écriture Contemporaine

MAKAN est une revue culturelle qui traite des questions d’art, d’urbanisme et d’architecture en partant du contexte Tangérois. MAKAN est un mot en langue arabe désignant ESPACE en français.Ce MAKAN, cet espace, est volontairement indéfini, car il s’agit d’explorer à travers ce magazine tous les espaces possibles: urbains, sociaux, politiques, artistiques, philosophiques, économiques, intimes et imaginaires. Mais également des inter-espaces, ceux qui constituent l’écart et/ou l’entre-deux  de ces espaces : socio-urbain, socio-économique, politico-artistique, poético-politiques, socio-intime, etc.

Restez connecté

M’abonner à la newsletter